Votre librairie spécialisée sur l'Antiquité, à Arles et en ligne

La morale d’Épicure, et ses rapports avec les doctrines contemporaines. Jean-Marie Guyau

Encre marine
SKU : 9782909422664

Prix:

36.00 €

De natura rerum: 1

Quantité
Commentaires

Description

Les Belles Lettres, Encre marine, 2002
Introduction de Jean-Baptiste Gourinat, Préface de Gilbert Romeyer-Dherbey
Réédition d'un texte classique paru en 1878.


Datant de 1878, cette étude représente la pièce maîtresse des travaux d'histoire de la philosophie de l'auteur. Présentant l'originalité de la morale utilitaire du plaisir d'Épicure, elle est accompagnée d'une histoire de l'épicurisme et de l'utilitarisme jusqu'à l'époque moderne, ainsi que d'une nouvelle traduction des textes grecs et latins cités.


Jean-Marie Guyau, né en 1854 et mort à 33 ans en 1888, laisse une œuvre imposante, qui eut l'honneur d'avoir des lecteurs tels que Nietzsche (qui admirera Esquisse d'une morale sans obligation ni sanction - 1885) et Bergson, qui participera à l'édition posthume de La Genèse de l'idée de temps. Tout comme Nietzsche, il débuta en tant que philologue et consacra cinq années (1874-1879) à traduire, éditer et commenter les philosophes de l'Antiquité. C'est son grand livre sur Épicure, publié en 1878, issu d'un travail antérieur sur l'auteur, qui est aujourd'hui splendidement réédité (précédé d'une étude de Gilbert Romeyer Dherbey, et introduit par une note explicite de Jean-Baptiste Gourinat, qui a aussi traduit les nombreuses citations). Plus que la physique matérialiste d'Épicure, c'est avant tout sa morale utilitaire qui le retient, ses préoccupations n'étant point celles d'un historien soucieux de reconstituer de l'extérieur un système, mais celles d'un « généalogiste » attentif à recréer l'archéologie interne d'une pensée. Si Épicure peut encore intéresser les modernes, c'est parce que sa pensée était déjà grosse des questions qui se posent à nos sociétés laïques. Le présent éclaire le passé, contrairement à ceux qui pensent à courte vue. Mais le passé est riche de clefs qu'il faut encore et toujours déchiffrer. Les deux parties qui composent cette thèse sont complémentaires : Épicure bien lu - en et pour lui-même - permet de comprendre pourquoi il aura eu tant d'échos dans la pensée moderne et pourquoi il est important de reprendre, à nouveaux frais, son questionnement.Lecture active, progressive, stimulante, dont le jeune Guyau, magnifiquement servi par cette édition, incite à sans cesse refaire le parcours.